Peur de déranger, 5 pistes pour s'en débarrasser

« Rien de plus encombrant que les gens qui ont toujours peur de déranger. » Grégoire Lacroix

J’ai envie aujourd’hui de partager avec vous une réflexion sur un thème qui me vient très régulièrement en tête par des discussions avec mes proches, des comportements inadaptés, des situations manquées, … : la peur de déranger.

Concrètement c’est à cause de cette « envie de ne pas déranger » que le weekend passé je n’ai pas passé un bon moment au téléphone avec une de mes amies les plus proches. En effet, occupées chacune de notre côté, nous attendions que l’autre fasse un signe afin d’éviter de la déranger en la contactant directement alors que nous nous étions dit que nous nous appellerions… Rien de grave évidemment, il est juste dommage d’avoir loupé ce moment que nous aurions apprécié toutes les deux, j’en suis sûre !


Cela vous est-il déjà arrivé de penser que vous déranger les gens / vos proches, … ? A quelle fréquence ? Dans quelles circonstances ? Pour quelles raisons ? Qu’est-ce qui fait que vous pouvez avoir peur de déranger quelqu’un ?


Les réponses et les causes peuvent être multiples mais si on s’attarde simplement sur le concept même, nous allons vite constater que cela n’a aucun sens. En effet, comment se pourrait-il que l’on dérange l’un de nos proches ? S’ils nous apprécient, cela ne tient pas la route et si ce n’est effectivement pas le moment le plus approprié pour eux, ils nous le diront et c’est tout ce qui peut arriver de plus « grave ». Cela n’enlèvera rien à la qualité de la relation, bien au contraire. Pouvoir être sûr/e que nos proches nous apprécient et respectent suffisamment pour nous exprimer qu’un autre moment serait plus approprié pour eux est le signe d’une relation authentique, équilibrée et de qualité.


Au-delà du cercle de nos proches, que risquons-nous à contacter quelqu’un et que ce ne soit pas le meilleur moment ? Comment d’ailleurs savoir quand est le meilleur moment ? Le seul et unique moyen de le savoir est de le demander, n'est-ce pas ?

Là aussi nous ne risquons concrètement pas grand-chose hormis qu’on nous dise de le/la recontacter à un autre moment, ce qui est tout à fait compréhensible et au pire qu’on récolte un « Non merci, je ne suis pas intéressé. ».


Voici 5 pistes à explorer pour évoluer, ne plus avoir peur de déranger et assumer le fait de faire partie de la vie de certaines personnes !


1/ Être réellement à l’écoute de nos émotions

Objectif : Comprendre concrètement de quoi nous avons peur dans ces cas-là, écouter nos émotions / ressentis et ce qu’ils nous disent, creuser suffisamment la question pour trouver la cause racine et pouvoir y apporter une réponse adéquate.


Note : Il n’est pas nécessaire de faire une psychanalyse parce que vous avez peur de déranger vos amis en les appelant pour prendre de leurs nouvelles… On parle ici de comprendre ce qui, dans la situation présente, vous fait avoir cette émotion. Elle est probablement due à un/des événement/s passé/s qu’il n’est pas toujours nécessaire d’aller triturer (je vous en laisse seul/e juge). Par contre, comprendre dans l’ici et maintenant ce qui mène à cet état émotionnel va permettre de développer de nouveaux comportements et se détacher de ce « réflexe » venu du passé devenu inapproprié.


Pistes de réflexion / question à vous poser

  • « De quelle peur exactement s’agit-il en fait ? Peur d’être rejeté/e, de ne pas être aimé/e, ne pas être compris/e… ? »

  • « Qu’est-ce qui fait que je pense cela / que j’ai cette croyance ? »

  • « Y a-t-il des faits concrets qui montrent que je suis sûr/e à 100% d’être rejeté/e, mal aimé/e, incompris/e, … ? »

  • « Est-ce une interprétation de ma part, mon propre point de vue, ce que je pense quand quelqu’un me contacte, … ? »

  • « Que puis-je faire pour me sécuriser et atténuer, voire supprimer, cette peur ? »

  • « Que puis-je concrètement faire pour éviter que cette situation de rejet, d’indifférence, d’incompréhension, … ne se produise ? »


2/ Débusquer les véritables enjeux

Objectif : Analyser la situation et comprendre les véritables enjeux, qui peuvent être cachés. Cela permet de mettre une distance émotionnelle, de sortir du mode « victime » où on subit cette peur de déranger et donc de trouver encore une fois les solutions les plus appropriées en se prenant concrètement en main pour répondre à ses vrais besoins ! Hé oui, on y revient encore ;-) !


Piste de réflexion par illustration avec un exemple

« Si j’ai peur d’appeler spontanément un ami pour prendre de ses nouvelles c’est peut-être moins par peur de le déranger que par peur qu’il ne m’écoute pas… En effet, peut-être qu’au fond j’ai profondément besoin d’être écouté car je vis une situation douloureuse et que la douleur de ne pas me sentir écouté sera plus grande que de garder cette souffrance pour moi. Avoir ce besoin d’être écouté ne remet pas en cause le fait que j’ai également envie et besoin de savoir comment il va car cela me fait du bien de savoir mes proches heureux et en bonne santé mais je me sens égoïste et ne méritant pas son écoute... Finalement il se passe bien plus de choses en moi que ce que je pensais ! Mes besoins n’étant pas clairs pour moi, mes objectifs de vouloir appeler cet ami ne le sont pas non plus et créent chez moi une anxiété que je mets sur le compte de « ne pas vouloir déranger ». Comprenant alors les enjeux de vouloir appeler mon ami, je peux alors agir en conséquence et trouver la meilleure solution. Concernant mon profond besoin d’être écouté, peut-être qu’il suffirait tout simplement de l’exprimer à mon ami ou peut-être que la meilleure solution est d’en parler à un professionnel ou de l’exprimer à travers une activité artistique, … ? Les solutions sont nombreuses ! »


3/ Développer sa confiance en soi

Objectif : Développer quotidiennement sa confiance en soi pour mener la vie qui nous inspire en toute sérénité.

Accepter que nos proches nous apprécient et qu’ils sont donc heureux que nous les « dérangions » !

Sans rentrer dans le fait de lister tous les bienfaits de la confiance en soi - car ils sont nombreux ! - , la développer va permettre, entre autres, de s’affranchir des peurs dont celle de déranger. En effet, en développant sa confiance en soi, nous apprenons à mieux nous connaître et à trouver nous-même nos propres solutions les plus adaptées. Nous prenons notre vie en main, nous développons notre autonomie, nous prenons nos responsabilités, nous évoluons constamment, nous comprenons que les solutions viennent de l’intérieur et non de l’extérieur, … Nous apprenons à nous accepter et nous apprécier tel que nous sommes, nous osons nous montrer tel que nous sommes et nous finissons même par comprendre et accepter que nos proches nous considèrent, nous trouvent de la valeur, nous apprécient pour ce que nous sommes et qu’ils sont donc heureux que nous les « dérangions » !


Développer sa confiance en soi peut être un long voyage et il serait illusoire de vouloir le résumer en quelques lignes...

Pour commencer, vous pouvez :

  1. Comprendre que vous êtes capables de bien plus que ce que vous pensez !

  2. Vous reconnecter à votre corps et vos émotions.


4/ Développer son sens de l’empathie

Objectif : Développer son sens de l’empathie en développant sa capacité à se mettre à la place de l’autre, i.e. comprendre sa situation (empathie cognitive) et ses émotions / ressentis (empathie émotionnelle qui n’implique pas de devoir ressentir ces émotions soi-même ! /!\ Une attention particulière doit être portée par les hypersensibles qui vont avoir tendance à s’approprier les émotions des autres, ce qui est néfaste pour eux et leurs relations….)


L’empathie va permettre, par rapport au sujet qui nous intéresse ici - car comme la confiance en soi, l’empathie a de nombreux bienfaits qui ne seront pas listés ici -, de comprendre en quoi et pourquoi l’autre serait éventuellement dérangé par notre sollicitation et ainsi d’accepter son comportement (/!\ Accepter ne veut pas dire subir mais comprendre que cela n’est pas sous notre contrôle et que c’est « Ok »).


5/ Développer sa confiance en les autres

Objectif : Développer quotidiennement sa confiance en les autres et leur laisser la responsabilité de s’exprimer sur un éventuellement dérangement.

Laisser aux autres la responsabilité d'exprimer le fait d'être dérangés ou non.

Il est important de considérer l’autre et de lui faire confiance sur sa propre capacité à exprimer ses ressentis et besoins. Il appartient à l’autre de vous exprimer si nous le dérangeons ou non. Au même titre qu’il nous appartient à nous, et à nous seul/e, de nous exprimer face à un éventuel dérangement, ce n’est pas à nous d’interpréter une situation à la place de l’autre, de penser à sa place et donc d’anticiper un dérangement. Que penseriez-vous si c’était le cas vous concernant ? L’interprétation est dangereuse car vous avez plus de chance de vous tromper que d’avoir juste, et ceci même si vous connaissez très bien la personne concernée.

Mieux vaut cultiver l’empathie et la confiance en l‘autre et lui laisser la responsabilité et l’opportunité de s’exprimer. Encore une fois, cela enrichira vos relations !



Votre expérience

Au vu de ce que vous venez de lire, êtes-vous toujours aussi persuadé/e de déranger les autres ?

Quel est votre vécu, votre expérience à ce sujet ? Que faites-vous concrètement pour vous détacher de cette « peur » ?

Au vu de ce que vous venez de lire, êtes-vous toujours aussi persuadé/e de déranger les autres ? Avec quoi repartez-vous concrètement, qu’avez-vous envie de faire concrètement dès aujourd’hui ?

Je serai ravie d’échanger sur le sujet avec vous alors osez apporter votre expérience / point de vue, … ici ou en privé.


Dans tous les cas, merci d’avoir pris le temps de lire cet article. J’espère que cela vous apporte une vision intéressante, que vous fassiez partie des personnes qui ont souvent peur de déranger ou non. Si l’article vous a plu et/ou que vous pensez que cela peut aider / inspirer quelqu’un, merci d’avance de le liker et le partager !


Prenez soin de vous, soyez heureux, osez révéler votre potentiel !

« Para be happy ;-) »